L’île de Pâques, les mystères de Rapa Nui

L’île de Rapa Nui fût découverte le jour de Pâques 1722 par le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen. Ce caillou de 160 km² est perdu au milieu du Pacifique sud. Située à plus de 2000 km de la première île habitée et à 3500 km des côtes chilienne, l’île de Pâques est l’un des endroits les plus isolés au monde. Contrairement à la Polynésie qui est composée de plus de cent îles, Rapa Nui se dresse seule au milieu des flots et ses côtes de roches noires sont battues inlassablement par les vagues de la haute mer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’île de Pâques est mondialement connue pour ses statues Moaï. Pour certains, ces œuvres sont la preuve irréfutable de l’existence des extraterrestres… Loin de ces fantasmes de science fiction, les avancées technologiques ont permit au cours des dernières années de percer bien des mystères concernant cet endroit unique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

En fait, les premiers colonisateurs de cette île seraient venus contre vents et marrées depuis l’archipel des Marquises, à plusieurs milliers de kilomètres de là.  Rapa Nui forme donc, avec Hawaii et la Nouvelle Zélande, un des angles du triangle polynésien.

Depuis sa découverte, cette île n’a cessé de passionner les historiens et les anthropologues du monde entier. Malgré cette attention, un grand nombre de questions demeurent aujourd’hui encore sans réponse.

P1010164.JPGP1010153.JPG

À l’instar de biens d’autres territoires du Pacifique, l’île de Pâques était connue pour ses pratiques cannibales. Ces coutumes inspirèrent, dans la littérature occidentale, récits et romans à glacer le sang. En fait, le cannibalisme était un rituel quasi-sacré permettant l’appropriation du pouvoir des ennemis. Les chefs ou les grands guerriers avaient le privilège se s’approprier le mana des vaincus en mangeant des parties bien spécifiques du corps (cerveau, cœur, parties génitales, etc.). En revanche sur l’île de Pâques, les choses semblaient se passer autrement. Le manque de ressources naturelles, et particulièrement de protéines animales, aurait poussé le cannibalisme à son extrême. Dans les faits, la surpopulation et le manque d’espace motivaient les conflits avec, comme récompense, un grand festin de viande rouge!

P1010306.JPGP1010113.JPG

Les statues Moaï sont particulièrement remarquables, d’une part pour leurs traits fins et précis, mais aussi pour la manière dont elles étaient fabriquées. Ces monolithes monumentaux sont sculptés à même les flancs du volcan de Rano Raraku.

Pano - Ranu Raraku.jpg

P1010094.JPGOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Non loin de cette usine à fabriquer des géants se trouve le cratère du volcan. Ce lieu est d’une beauté saisissante, comme un oasis suspendu dans une autre époque. Le rouge vif des arbres en fleurs contraste avec les dégradés de verts tandis que des chevaux sauvages galopent en troupeaux entre les dunes de terre ocre et les eaux sombres du lac.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois sculptées, les statues étaient transportées sur des kilomètres, roulées sur des troncs d’arbres par la force des hommes. Une fois redressés fièrement, les monolithes étaient coiffés d’un chapeau de tuf volcanique. Ces ornements étaient eux transportés depuis l’autre bout de l’île.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un travail de titan pour ériger ces colosses. Que représentaient exactement ces êtres humanoïdes aux longs nez ? Certains disent des dieux, d’autres des chefs. D’aucuns pensent que ce sont des ancêtres vénérés. Les théories s’affrontent mais le mystère demeure entier.

Pano - Rano Raraku 2.jpgPano - Ahu Tongakiri.jpg

On sait aujourd’hui que cette petite île était habitée par plusieurs dizaines de milliers de personnes réparties en tribus. Pourtant, lorsque les navigateurs européens arrivèrent, la population se comptait plus qu’en centaines. La surpopulation de l’île aurait engendré une déforestation massive. À présent, en dehors de quelques exploitations de bois, l’absence de forêt naturelle est un fait marquant les paysages de l’île.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAP1010302.JPGOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les scientifiques s’entendent pour dire que la surexploitation des ressources naturelles serait une des principales causes du déclin de cette civilisation. L’île qui fut jadis une jungle luxuriante et abondante s’est transformée en un désert stérile. Un territoire restreint, des biens limités, une croissance incontrôlée… l’Histoire se répète. Telle une allégorie du monde moderne, la folie des grandeurs et la cupidité humaine semblent avoir poussé cette civilisation prospère au bord de l’extinction, emportant dans sa tombe les réponses à bien des mystères.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s