Les hauts plateaux boliviens

La Bolivie fût la grande surprise de ce voyage autour du monde. Encore loin des sentiers battus par le tourisme de masse, ce pays mérite pourtant bien plus d’attention qu’il ne reçoit. Sans accès à la mer, la Bolivie est enclavée au cœur de l’Amérique Latine, à cheval entre la cordillère des Andes et la jungle de l’Amazonie. C’est par le Chili, à 4500 mètres d’altitude au sud-ouest du pays, que nous traversâmes la frontière, plongeant dans cet univers fantastique : la réserve nationale Eduardo Avaroa. Cette immense étendue désertique est une région au relief irrégulier offrant des paysages époustouflants, entre chaines de volcans et plaines de haute altitude. Malgré sa beauté singulière, ce désert fait parti des endroits les plus hostiles au monde.

IMG_1054IMG_0127IMG_0218IMG_0313IMG_0539IMG_1032IMG_0660IMG_0550

Presque entièrement dépourvue de végétation, les écarts de températures entre le jour et la nuit sont extrêmes. Le manque d’oxygène limite l’activité physique et peut provoquer ce qu’on appelle communément le mal des montagnes, responsable de nausées, d’étourdissements, de migraines et de malaises. Heureusement, nos systèmes s’adaptèrent bien à ce nouvel environnement. Certains de nos compagnons de route n’eurent pas cette chance. Pour les moins chanceux , le mal des montagnes peut même se transformer en œdème pulmonaire ou cérébral, potentiellement mortels.

A plus de 4000 mètres, la réverbération du soleil brûle les yeux et la peau. Le manque d’obstacles laisse des rafales d’un vent glacial chargées de sable fin nous fouetter le visage. Pour explorer de tel pays, il faut avoir l’âme aventurière et être prêts à sacrifier drastiquement son confort.  C’est le prix à payer pour entrer dans ce monde étonnant et rouler pendant plus de 1000km le long de pistes à peine visibles, comme des lignes irrégulières sillonnant ces paysages venus d’une autre planète.

IMG_0665IMG_0726IMG_0711IMG_0792IMG_1108IMG_1607IMG_1613

Là-haut, les couleurs sont plus vives, l’air plus sec, la luminosité plus forte. La richesse minérale des sols dessine des strates géologiques multicolores, cicatrices témoignant de la violence de l’histoire tectonique de la région.

IMG_0285IMG_0656

P1010137.JPG

Panorama Dali DesertPanorama Laguna Colorada 2IMG_0613IMG_0600IMG_1116

Il suffit de regarder à l’horizon pour être pris d’un frisson, d’un sentiment de petitesse face à toute cette immensité. La sécheresse extrême permet à l’œil de voir loin, très loin même! A plus de cents kilomètres, les sommets volcaniques des Andes dessinent un rebord semblable à de la dentelle sur un fond de ciel bleu pur. Dans ce monde inhabité, nous pouvons parfois apercevoir au loin un nuage de poussière qui s’élève dans les airs. Ces anomalies trahissent la présence d’un autre véhicule, troublant l’immobilisme de cet univers surnaturel.

IMG_0689 (1)IMG_0680

Malgré la rareté des ressources et les conditions  de vie extrêmes, des espèces se sont adaptées et survivent à cet environnement hostile.

IMG_0803IMG_0805IMG_0921

Les paysages sont hallucinants, extraordinaires, époustouflants… les mots manquent pour retranscrire les émotions. Les lacs d’altitudes nous transcendent de leurs couleurs criardes. Blanc. Vert. Rouge. Les sédiments et les algues donnent à l’eau des teintes surprenantes qui se mêlent au bleu azur du ciel et aux dégradés ocres du désert.

IMG_0135IMG_0176IMG_0265IMG_0481 (1)IMG_0522IMG_0763IMG_1002

Cette palette pourtant déjà incroyable se complète par infinité de points roses qui s’agitent sans cesse. Les étendues d’eau des hauts plateaux des Andes sont le royaume des flamants roses. Ces colonisateurs inattendus vivent ici par milliers. Un spectacle bien surprenant, agrémenté du jacassement incessant de ces oiseaux aux longs cous perchés sur leurs échasses, brisant le silence absolu du désert environnant.

IMG_0424IMG_0427IMG_0443IMG_0462IMG_0472IMG_0873IMG_0921IMG_0926IMG_0936

IMG_0717 (1).JPG

Il fallut attendre le dernier jour de notre périple pour découvrir le célèbre Salar de Uyuni. Le plus grand désert de sel au monde est perché à 3500 mètre d’altitude. Cette anomalie géologique est la dépouille d’une mer prise au piège entre deux chaines de montagnes suite à un bouleversement tectonique. L’eau du lac s’est ensuite évaporée, laissant derrière elle cette étendue de sel quasi pur de 11 000 km². Sous le ciel bleu nuit du petit matin, nous attendîmes que le soleil se lève. Notre attente fût récompensée par l’incroyable transformation du paysage.  Beauté éphémère, les teintes pastel de l’aube furent remplacées par le blanc aveuglant du sel au soleil. Nous reprîmes la route sur cette mer solide.

IMG_1146IMG_1159IMG_1173IMG_1184IMG_1212IMG_1281IMG_1446IMG_1582

Le Salar d’Uyuni représente plus d’un tier des réserves mondiales de lithium. Ce métal rare est aujourd’hui omniprésent dans la vie de l’homo-economicus. Considéré comme l’or noir du XXIeme siècle, il est fort probable qu’ici aussi, les intérêts économiques auront bientôt raison des équilibres naturels.

Malgré la vitesse du véhicule, le manque de repère se traduit par un sentiment d’immobilité. À l’horizon se dessine alors une île. Perdu dans cette mer de sel, un immense rocher émerge. Fièrement dressée, la Incahuasi (‘’la maison de l’Inca’’ en quechua) semble être un repère depuis toujours pour les voyageurs traversant le Salar. Parsemée de milliers de cactus, l’endroit est étrange, envoutant, déroutant. De son sommet, une vue panoramique permet d’apprécier d’autant plus l’immensité qui s’étale devant nous. A l’horizon se dessine les hauts sommets des Andes, comme un mirage, les reliefs flous d’une côte lointaine.

IMG_1427IMG_1398IMG_1376IMG_1326IMG_1350IMG_1343IMG_1365IMG_1349

Panorama Isla CactusPanorama Salar Sunrise

 

Nul voyageur ne peut quitter le Salar sans prendre quelques photos comiques. Le manque de repère et la qualité de l’air donne au voyageur l’occasion de jouer avec les perspectives.  La magie de l’endroit donne la liberté de rêver encore un peu plus et de devenir le héro d’aventures fantastiques.

IMG_1477IMG_1479IMG_1483IMG_1513IMG_0669 (3)

2 thoughts on “Les hauts plateaux boliviens

  1. Merci pour ce beau voyage photos, on a bien envie d’y être. Merci pour ce partage et pour les explications sur cette belle région du globe,

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s